banniere

L’intégration de la SETE (Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale de Moulis) dans AnaEE France lui a permis notamment d’élargir son offre de service dans le domaine du phénotypage des petits animaux par l’acquisition et la mise en service d’un appareil d’Imagerie par Résonnance Magnétique (IRM) dans un environnement de laboratoire adapté. L’un des avantages de cette technologie est de pouvoir examiner en coupes virtuelles dans les trois dimensions de l’espace les structures internes des organismes -spécialement les tissus mous- de façon non invasive. Les mesures peuvent donc être répétées dans le temps sur un même individu sans effet sur celui-ci et poursuivies éventuellement sur sa descendance. Il s’agit donc d’une technique indispensable à l’étude de variations de traits internes au cours du
développement des organismes ainsi que de leur transmission et de leur évolution de génération en génération.

Présentation du dispositif

 Appareil IRM

L’appareil IRM de la SETE possède un puissant aimant de 4.7 Tesla qui permet d’acquérir des images à haute résolution. En partenariat avec le fabriquant MR Solutions Ltd., la SETE développe actuellement une gamme de bobines de taille et forme variées adaptées à de très nombreuses espèces d’animaux y compris aquatiques, de plantes, voire des objets, d’un diamètre inférieur à 7 cm. Le système est également équipé d’un spectroscope (SMR) permettant d’analyser le dosage et la composition de métabolites.

 
  Anesthsie IRM

 

L’IRM nécessitant une immobilité totale pendant toute la durée de l’examen, l’appareil peut être couplé à un système de monitoring de sédation/anesthésie au gaz. La SETE possèdeégalement les infrastructures et les compétences pour adapter pour de nombreuses espèces la contention de l’animal dans le respect de son bien-être.

 

 

IRM gardon

 

Un gardon (Rutilis rutilis) endo-parasité par un cestode. Ce ver, qui peut atteindre 25 cm de long, n’est détectable de façon non-invasive pour l’hôte qu’à un stade avancé de développement lorsqu’il provoque des déformations visibles extérieurement de l’abdomen de son hôte. L’examen par IRM permet de caractériser la charge parasitaire très précocement et de suivre son évolution et ses effets sur l’organisme.

 
 


Contact : Olivier GUILLAUME, Ingénieur de Recherche à la SETE, Responsable du Service IRM, olivier.guillaume[at]sete.cnrs.fr

  • agence nationale de la recherche
  • sig investissements davenir
  • cnrs
  • inra logo
  • logo uga
Haut